Delphine Bardon
 
La méthode
Gordon
Thomas Gordon
   
 
Fleche
Les fondements de la méthode Gordon
 
   
   
 
prochainement

temoignage vero

gauche
Barre
S'inscrire à ma Newsletter logo
Me suivre sur Facebook Me suivre sur ma page Facebook

 

La méthode Gordon

 

Les fondements de la méthode Gordon

Thomas Gordon
La méthode Gordon s’inspire des travaux d'Abraham Maslow et de Carl Rogers (dont Gordon fut l'élève) et repose sur le concept de relations gagnant-gagnant également appelée sans perdant.


A travers cette méthode, Thomas Gordon propose une alternative aux modes de communication basés sur un rapport de force et qui débouchent nécessairement sur un mode de relation binaire de type gagnant/perdant.Ce rapport de force se retrouve dans les modes d'éducation autoritaires et permissifs dans lesquels s'enferment souvent parents et enfants, employeurs et employés, enseignants et élèves...

Fondé sur l’affirmation de soi et l’écoute, le processus de résolution de conflit sans perdant développé par Thomas Gordon repose sur 2 outils principaux :

 

Les précurseurs

Abraham Maslow (1908-1970)

Psychologue américain connu dans la psychologie du travail pour ses études sur la motivation. Pour certains psychothérapeutes, c’est l’initiateur de la psychologie humaniste, avec Carl Rogers en particulier. Les premières recherches de Maslow ont concerné le comportement des animaux (chiens, singes) et les déterminants du comportement humain en société.

À partir des années 1940, son intérêt s’est porté sur les sentiments négatifs (la peur, la privation, l’insécurité), pour ensuite se tourner vers leur contraire, la motivation et la satisfaction. Dès le début des années 1950, ses études sur la motivation le conduisent à s’interroger sur l’accomplissement de soi et, une décennie plus tard, sur les expériences mystiques. Au cours de sa carrière, Maslow s'est intéressé principalement aux motivations « supérieures » de l'homme dans sa hiérarchie (l'accomplissement de soi) et aux états de plénitude (expériences paroxystiques), ainsi qu'aux fondements de la santé psychique.

Sa hiérarchie des besoins signifie que l'homme n'atteint le plein développement de son psychisme que s'il est satisfait sur tous les plans : physiologie, sécurité, amour (appartenance), estime (reconnaissance) et accomplissement de soi (créativité) Cette hiérarchie est généralement représentée sous la forme d'une pyramide qui, de la base au sommet, distingue cinq niveaux de besoins (besoins physiologiques, besoins de sécurité, besoins sociaux, besoins de reconnaissance, besoins d'estime de soi et besoins d'auto-accomplissement).

(Extrait du site Wikipédia)


Carl Rogers (1902-1987)

Psychologue humaniste américain, à l'origine de l'Approche Centrée sur la Personne (ACP) qui met l'accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient (écoute empathique, authenticité et non-jugement). C'est ce qu'il a appelé La non directivité.

Dans l'approche rogérienne, le thérapeute se doit d'être un exemple d'authenticité pour son patient (pour signifier au patient qu'il est, lui aussi, un être humain). Il doit donc y avoir correspondance exacte entre l'expérience et la prise de conscience, selon les termes de Rogers congruence (cohérence) entre le Moi-Idéal et le Moi-Vécu du thérapeute, le premier se référant aux conceptions idéales de soi, et le Moi-Vécu au... vécu.

L'empathie (ou verbalisation) s'exprime par des messages verbaux et non-verbaux. Les messages verbaux consistent en la répétition ou la reformulation des éléments clés d'une problématique exprimée par un client. Le thérapeute est capable de comprendre une situation non pas depuis son propre cadre de référence, mais depuis celui de son patient.

La « chaleur » (ou considération positive, non-jugement), enfin, consiste en l'accueil inconditionnel du patient / client. La personne est acceptée telle qu'elle est, dans l'Ici et maintenant, avec le cadre de référence qui lui est propre. Une attitude humaine, chaleureuse et encourageante sont les points-clés de cette dimension.

Bien plus que des concepts à appliquer, les trois dimensions rogériennes sont des savoir-être et savoir-faire pour le thérapeute ou le conseiller.

Le travail de Carl Rogers s'est étendu à la pédagogie et à la résolution de conflits internationaux. Dans le droit fil des pédagogies libertaires, en France, il fut une source d'inspiration pour les courants de pédagogie non-directive (Daniel Hammeline) et dans la pratique du soutien psychosocial aux victimes de catastrophe.

(Extrait du site Wikipédia)

Haut de la page
Barre
Textes et photos droits réservés © Delphine Bardon - 2009 - 2015
droite